Les premières leçons de mon statut de blogueuse.

Depuis quelque temps, vous l’avez probablement remarqué si vous êtes un lecteur assidu de mon blog, je poste moins. Vous pourriez y voir là une baisse de régime, une diminution de mon envie ou autre chose de négatif. Que nenni! Bien au contraire.

J’analyse, je peaufine, je guette et j’apprends. Toute cette analyse de mon statut de blogueuse, j’ai eu envie de la partager avec vous. Je la communique pour vous faire découvrir ce que cela implique, pour ceux qui ne connaissent pas et pour ceux qui sont déjà au fait du blogging, ma vision particulière des choses.

Mon bilan semestriel est positif et encore, ce mot me semble faible. Découvrez avec moi, les leçons apprises depuis que je suis officiellement blogueuse. Elles sont très personnelles et n’engagent que moi toutefois elles ont le mérite d’être sincères.

Ça prend du temps et ce n’est pas facile

Le blog, c’est devenu ma passion. L’écriture l’était déjà et ce format me plaît énormément. Je tiens plus que tout à continuer de partager avec vous, sous ce format et peut-être d’autres à venir.

Comme vous le savez déjà, je ne fais pas partie de cette caste hautement privilégiée de la blogueuse à temps plein. C’est quelque chose qui ne se dit pas trop et qui fait un peu mauvais genre dans le milieu du blogging mais…J’ai un autre job! Bouuuuh, blogueuse en carton, me dirait-on. Et comme si ça ne suffisait pas, j’ai mon rôle de mère à ajouter à cette tare, ainsi que tout ce qui accompagne ma vie de femme (lessives, rangement, nettoyage, etc.*je suis évidemment aidée par mon conjoint, but still*…). Quoi ? Une blogueuse qui n’a pas une vie de rêve ? Avec un dressing infini ? Une nounou au quotidien et une femme de ménage ? Au risque d’en décevoir quelques-uns, je n’ai rien de tout ça. Mais je n’ai clairement pas à me plaindre.

Pour en revenir au contexte, la partie écriture me prend un temps considérable. Tant et si bien, que j’ai dû revoir à la baisse mes objectifs de nombre de publication. Et oui, la blogueuse rêveuse de mes débuts, qui n’avait aucune notion du temps que ça prendrait dans un quotidien déjà chargé, a bien changée. Mon nouveau mantra sur le blog est de privilégier la qualité plutôt que la quantité.  Depuis janvier 2019, lancement de mon blog, j’ai beaucoup appris, énormément analysé pour finalement arriver à cette conclusion. De la rigueur c’est bien, mais je souhaite qu’elle se focalise sur le contenu de mes écrits et non sur le nombre.  Je rêve et j’envie ces blogueuses qui peuvent se consacrer à temps plein à leur passion. Si j’avais pu, bien évidemment que j’aurai sauté le cap, sans hésitation aucune. Vivre de sa passion, n’est-ce pas là le rêve de tout le monde ? Toutefois, le côté alimentaire prend le dessus de toute passion, sans pour autant l’occulter totalement. Je tente donc, d’une main de maître, de gérer et de jongler avec ses deux aspects de ma vie. Quoiqu’il en soit le blog restera, avec une qualité augmentée, ce qui me permettra de me consacrer aussi, à mon deuxième point qui suit.

Ça m’a appris le marketing

img_6193

Vous savez ce qui est beau dans la vie ? C’est qu’on évolue et qu’on change. Comme je le dis toujours « il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis ».

La blogueuse débutante que je suis, qui n’est toutefois pas novice en écriture, se débat comme elle peut dans ce milieu. Entre les blogueurs, les youtubeurs et les influenceurs, je suis quelquefois perdue. J’ai moi-même eu tendance à généraliser ces catégories, à les mélanger et à tout mettre dans le même panier. C’était bien avant mon lancement. Aujourd’hui, après quelques mois d’expérience et d’analyse de mon statut, j’ai ouvert mes barrières et cassé ces murs stigmatisants.

Un écrivain écrit pour partager et être lu. C’est le cas aussi de la blogueuse, même si pour un écrivain le blog est probablement un support péjoratif. L’écrivain fait sa promotion et sa tournée des librairies afin de « vendre » son œuvre. Mon marketing à moi : c’est Instagram. Cet outil est d’ailleurs utilisé par grand nombre d’entreprises, de personnalités et d’autres personnes proposant des choses, artistiques ou commerciales. La promotion de mon blog avec le bouche à oreille fonctionne bien, avec Facebook, beaucoup moins et avec Instagram c’est vraiment pas mal. Instagram dispose de plus de 600 millions d’utilisateurs actifs, c’est donc une mine de lecteurs potentiels. Toutefois, ce marketing d’influence rejoint le point 1. Cela prend beaucoup de temps, qui, cumulé à l’écriture de mon blog explose mon temps imparti à ma passion.

Avec Instagram il faut arriver à créer une communauté, créer des relations, trouver des lecteurs fidèles qui comprennent votre univers et qui souhaitent partager et échanger avec vous. Cela demande un investissement considérable et de tous les instants. Instagram est un outil merveilleux, s’il est correctement utilisé. Au début, j’avais beaucoup d’aprioris sur cette application (hypocrisie, mensonge, m’as-tu vu, etc.) et en apprenant à l’utiliser, en m’investissant sincèrement dedans, j’ai découvert des contenus originaux, des marques canons, des petits créateurs qui font des merveilles et des personnes intéressantes et aimantes. J’ai finalement su gérer l’outil pour n’en sortir que le positif.

Est-ce que je suis une influenceuse ?

Oui et non.

Un influenceur est une personne qui utilise un blog personnel et/ou tout autre support (forums, réseaux sociaux et communautés) pour diffuser ses opinions auprès des internautes et qui est capable d’influencer ces derniers en modifiant leurs modes de consommation. (source).

En disposant d’un blog et en étant sur Instagram je guide les personnes qui me suivent. Toutefois, dans la vie de tous les jours, j’influence et je suis également influencée. J’ai découvert Weight Watchers grâce à des amies qui m’en ont dit du bien. Si je suis abonnée à My Little Box c’est parce qu’une amie a testé, j’ai vu le contenu et j’ai adoré. Nous sommes constamment influencés (ou guidés) ! « Tiens, elle est jolie ta veste tu l’as achetée où ? ».

Le terme « d’influence » est très général et je pense qu’il a également ses travers. Aujourd’hui on tend à mélanger blogueuse/influenceuse. Oui, dans mon blog je peux vous influencer, vous orienter, vous donner des conseils ou émettre des avis qui pourront avoir un impact dans votre vie. Je ne la gère pas, bien évidemment, vous disposez de votre libre arbitre. Mon influence dispose d’égards, de gentillesse et surtout de sincérité. Si je n’aime pas, je ne mentirai pas. Toutefois si j’aime quelques chose que ce soit un type de pensée (le pouvoir de la pensée positive) ou un produit parce que je pense que cela pourrai aider quelqu’un, je le partage et intrinsèquement, je vous influence.

Le côté obscur est alors proche. On pourrait être tentée de proposer un produit que l’on n’aime pas, influencer la consommation d’un lecteur ou d’un follower, par simple profit. J’en vois beaucoup sur les réseaux sociaux et c’est assez flagrant. Je n’ai pas envie d’avoir cette étiquette puisque ce n’est clairement pas mon but. Mais voilà, l’amalgame est souvent fait. Influenceuse devient un gros mot. Presque aussi gros que la blogueuse qui n’est pas juste blogueuse. Shame on you.

Bref, je préfère dire que je suis inspirante.

C’est une aide pour la confiance en soi

img_6200

Si vous regardez mon compte Instagram bien avant le lancement de mon blog. Il n’y aucune photo de moi. La raison, je la donne dans cet article que j’avais écrit sur les 20 choses que vous ne savez probablement pas sur moi. J’ai de gros complexes, probablement irréels (puisqu’on me le dit bien souvent et merci à vous), mais quoiqu’il en soit, lorsque je regarde une photo de moi ou que je me vois en vidéo. Je me tolère à peine.

Le blog est une sorte de journal intime. On se confie, on se délivre et par conséquent, on se dévoile aussi bien dans l’âme que physiquement. On pourrait croire que c’est un exercice assez facile, mais la complexée névrosée que je suis, a eu beaucoup de difficultés au début.

Je me suis fait violence pour poster des photos, pour vous montrer qui j’étais. Et finalement, je n’ai pas eu autant de retours négatifs qu’escompté (j’imaginais des gens me balancer des tomates virtuelles). Je pensai avoir une sorte d’illégitimité du fait de mon physique (si, si, je vous assure). Puis progressivement j’ai réussi à envoyer valser ces aprioris sur la blogueuse/instagrameuse parfaite. Je suis une fille et une maman normale. J’ai le nez crochu et le menton pointu mais ce n’est pas grave. Et désormais, je m’assume beaucoup plus. Ce n’était pas le cas avant le blog. Celui-ci m’a aidé à me délivrer de ce sentiment de ne pas avoir ma place dans ce milieu pour des motifs totalement dérisoires.

Chacun y va de sa propre interprétation

L’un des revers les plus pervers dans mon travail de blogueuse. L’interprétation. J’écris quelque chose, je pense quelque chose mais les autres lisent autre chose… Je ne pensai pas que cela serait possible et pourtant. Lors de la publication où j’évoquais le décès de mes parents, certaines choses ont été mal prises par quelques membres de ma famille qui ont mal interprété une phrase. Elle me semblait si claire et son sens si net. Néanmoins, mes mots ont été détournés de leur sens premier pour arriver à une toute autre signification. Qui, bien entendu, n’était ABSOLUMENT pas ce que je voulais transmettre. Cela a été le cas après pour d’autres écrits et dans d’autres contextes. Les mots et leur valse peuvent parfois causer des tords. Le mieux est, bien entendu, d’en discuter avec celui qui écrit pour éviter tout malentendu. Je ne peux, évidemment, pas toujours être d’accord avec le lecteur et avoir des avis divergents. Ça, c’est tout autre chose et c’est très bien comme ça. Un monde sans débat serait si fade. Team sucrée ou salée ? Team vampire ou loup-garou ? Team pain au chocolat ou chocolatine ?

C’est une ouverture vers le monde

img_6194

L’heureuse surprise depuis le lancement de mon blog. Les rencontres, les partages et les belles personnes que j’ai pu connaître via le blog ou Instagram. Je sais qu’Instagram est parfois hypocrite, je sais qu’Instagram n’est pas tout rose et je sais qu’il y règne parfois le mensonge mais ce n’est vraiment pas que ça. Encore une fois tout n’est pas blanc ou noir. Il faut savoir fouiner, fouiller et trouver les jolies perles. Et il y en a un sacré paquet dans le flot d’utilisateurs. J’ai pu également échanger avec des lecteurs de mon blog, bénéficier de témoignages poignants notamment avec l’article sur la maladie de mon fils et je ne pensai vraiment pas toucher autant de personnes, rencontrer autant de gens qui partagent cela. Cela a été un moment très fort dans ma très courte vie de blogueuse.

Ça me donne envie de plus

img_6201

Des projets, des envies qui changent ou qui évoluent. Le blog et son marketing ouvrent de nouveaux horizons. Comme je le précisais, vivre de sa passion serait mon rêve ultime. Vivre d’écriture, de relations sociales, d’échanges et pourquoi pas se lancer dans des projets que je n’imagine même pas encore aujourd’hui. Tout peut arriver et je ne suis désormais fermée à – presque – rien. Je garderai toujours ma ligne conductrice qui est la positivité, la sincérité et le partage.

C’est une passion et un hobby qui me remplit tellement de joie que je n’en ai jamais assez ! Et me dire que mon quotidien pourrait ressembler à ça, ce ne serait que du bonheur.

Ça me rend fière

Je n’ai pas un statut de professionnelle mais je suis fière de mon œuvre. Mon blog et mon instagram sont le résultat de beaucoup de travail, pour lequel j’aimerai y consacrer plus de temps, mais ce petit bout de mon esprit me rend déjà très fière avec le peu de moyens dont je dispose. Ce n’est pas du narcissisme ou de l’auto-suffisance mais je trouve que d’être fière de ce que l’on fait, c’est s’assumer et c’est d’une grande aide pour la confiance en soi.

img_6196

J’ai attrapé le virus du blogging mais surtout du partage. J’aime échanger avec vous sur des sujets sérieux ou plus légers. J’apprécie énormément le fait d’avoir des lecteurs qui me suivent et qui apprécient mon travail. Je ne suis pas ce qu’on appelle une blogueuse « influente » selon les termes du marketing traditionnel, je n’ai pas non plus des milliers de lecteurs au quotidien mais petit à petit, l’oiseau fait son nid. Et ce petit nid, je l’aime d’amour. 

Vous aussi vous avez des aprioris sur les blogs ou Instagram?
Pour vous écrire sur un blog, c’est facile ou c’est une sacrée tâche?
Dîtes-moi tout en commentaire.

10 commentaires sur “Les premières leçons de mon statut de blogueuse.

  1. Olala des aprioris sur Instagram j’en ai plus que sur le blogging je pense 🙊 Mais comme tu l’as dit toi-même « il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis », donc peut-être qu’un jour je m’y mettrai aussi, va savoir 😁 Après en ce qui concerne l’écriture, je dirais que ça dépend de l’inspiration du moment et du temps consacré, mais je n’ai jamais trouvé ça particulièrement difficile 😊 Bisous 😘

    1. Il y en a beaucoup qui ont de gros aprioris sur Instagram. Mais comme je le disais, faut savoir trier! ☺️ Pareil pour l’écriture, cela n’a jamais été difficile et carrément naturel. Le plus dur est de trouver du temps 😅

  2. J’ai adoré te lire !!!!!!! oui c’est vrai ca prend du temps : écriture , photos , mise en page , message a lire ou article …….chaque semaine j’ai en moyenne 150 articles a lire ou messages je les visionnes tous par respect de mes abonnées , mais quelle bonheur quand des lecteurs qui me suivent et qui apprécient mon travail………alors oui continue !!! bisous .

  3. A la base, blogueuse n’est pas un métier… C’est partager, comme dans son journal intime. Moi je suis comme toi, blogueuse, maman de 2 petits loups que j’élève seule une semaine sur 2, 2 boulots. Pourtant je trouve le temps parce que c’est une vraie passion comme tu l’a décris.

    Instagram est formidable effectivement. Ca fait 9 ans que j’ai un blog et seulement 6 mois que j’ai Instagram. Avant je me disais que c’était pas utile et j’avais pleins d’aprioris aussi.
    Je ne sais pas si je l’utilise bien, entre les follow/unfollow de masse, le manque de commentaires etc je me demande si je communique assez et bien.

    J’ai encore du mal à mettre des photos de moi. Déjà parce que je n’ai pas de photographe attitré (quoi que mon fils commence à s’en sortir pas mal :D), puis j’ai un peu du mal à me voir en photo. Mais comme toi je suis souvent étonnée. J’ai postée une photo hier, à la base je ne voulait pas la poster parce que je me trouvait horrible dessus. Une amie m’a convaincue et tu sais quoi ? Je n’ai eu que des retours positifs et pleins de commentaires comparé à d’habitude.

    Bon, ceci est un pavé, pardon 😀 mdr

    1. Merci beaucoup de ton témoignage 🙂 J’adooore les pavés n’en soit pas désolée! 9 ans de blog : Whaou, je suis impressionnée. C’est bien d’arriver à tenir comme ça sur la longueur, beaucoup ne tiennent pas le coup. C’est admirable dans ton cas, tu dois avoir une sacrée expérience et de sacrées astuces (je prends si tu en as ^^).

      Pour les photos de toi, je comprends, ça a été très dur au début pour moi aussi, mais en se lançant, on voit que c’est pas si terrible 🙂 et je suis allée voir ta photo hier, tu es toute jolie <3
      Je te souhaite une belle journée et j'espère continuer à échanger avec toi.

      1. Si tu as des questions, n’hésites pas ! 😀
        J’ai lâché 2 fois mais pas pour plus de quelques mois, le blog me rappelle toujours, c’est une addiction, une façon de sortir tout ce qu’on a en nous…

        Merci beaucoup ❤
        On va tout faire pour ! J’adore ton univers et je suis contente de t’avoir découverte.

  4. Effectivement ma belle Karen, tu es INSPIRANTE ! Tu es une de celles qui me fais rêver chaque jours (oui je suis dingue de voir tes photos sur instagram) et que dire de ton blog que je viens de découvrir.. J’aime ta façon d’écrire, tu es une passionnéeet ça se ressent et ça donne envie de te lire.

    1. Merci infiniment! Je suis très touchée de lire ces mots. Ça me fait tellement plaisir d’avoir des retours sur mon blog. Et merci également pour les photos sur IG 🥰.
      Je file faire un tour sur ton blog!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.